Mairie de Florentin la Capelle



La période révolutionnaire

Quelques conséquences de l’histoire nationale depuis la révolution sur la population de Florentin la Capelle

Comment résumer les troubles de la période révolutionnaire, quelques faits :

  • L’arbre de la liberté est arraché,
  • Un convoi de blé est attaqué par les habitants de la commune...

C’est aussi la déportation de l’abbé Portalès curé de La capelle, la rétractation de l’abbé Bouldoire de Florentin.

Cette traque des prêtres, qui refusèrent de prêter serment lorsque la constitution civile du clergé fut proclamé en 1790,  aura son aboutissement avec la mort de l’abbé Castanier, tué à proximité du Fabrou en 1798.

Puis vient l’Empire avec l’enlèvement armé d’un conscrit en 1807; la lettre du canonnier Pierre Tarisse du Bes, il monte au front, à travers l’Allemagne en 1813.

La période Révolutionnaire apporte la création de la commune par une délibération du district en date du 24 mai 1793 qui n’est pas exempte d’arrière-pensées… « Attendu l’incivisme de la municipalité des habitants de la paroisse de la Capelle et ses divisions habituelles avec celle de Florentin, la réunion des deux susdites paroisses en une seule commune sous la dénomination de Florentin la Capelle. »

Il nous faut aborder bien sûr, les persécutions et la rédemption dont fera l’objet l’abbé Pierre Bosc du Cassanhard. Ce dernier, après avoir évité de peu la guillotine, sera considéré comme le premier historien du Rouergue avec son triptyque « Mémoires pour servir à l’Histoire du Rouergue » publié en 1797

Casses Alexandre de Couvignou, médecin major participa à la campagne d’Italie en 1859 et reçoit la Légion d’Honneur à ce titre. Son père, le chirurgien aide major Casses Jean François, aurait participé à la campagne de Russie en 1812. Ce dernier est élu capitaine de la garde nationale de Florentin le 26 juin 1831.

Le chanoine Pierre Cassagnes, dans son opuscule (1902) sur les souterrains refuges en Viadène est l’un de ces explorateurs en soutane du XIX° siècle. Il a parcouru le tunnel sous l’église de Florentin dès 1844. Il était membre de la Société des Lettres de l’Aveyron.

Sans oublier les soixante-neuf poilus de la commune, morts lors de la Grande Guerre 


Pour aller plus loin et vous plonger dans l’histoire de Florentin la Capelle, un livre : la monographie « officielle »… et une bande dessinée, pour une version plus romancée… Alban de Montcausson qui vous fera revivre la guerre de Cent Ans et vous emmènera dans les souterrains refuges appelés Caves des Anglais.

 

@Mairie de Florentin la Capelle